Au Gré du Temps

Olivier Marchand

Olivier Marchand

Né en 1928, Olivier Marchand fut journaliste – rédacteur de dépêches à l’agence de nouvelles La Presse Canadienne et aussi traducteur. Il écrit des textes poétiques. Ce qui l’amène à fonder en 1956 avec des amis, artistes et écrivains de Montréal, les Éditions de l’Hexagone. Cette maison s’impose en quelques années dans le paysage littéraire du Québec, incarnant rapidement la référence en matière de poésie.

Gaston Miron l’incitera à publier ses poèmes et ils deviendront de très grands amis. Ainsi le 25 juillet 1953 a lieu le lancement de Deux sangs, qui rassemble 27 et 17 poèmes respectivement d’Olivier Marchand et de Gaston Miron, alors jeunes poètes. Ce qui donnera naissance par la suite aux Éditions de l’Hexagone le 4 juillet 1956.

Olivier Marchand propose le nom de l’Hexagone qui fait référence au nombre de fondateurs que composait cette nouvelle entité, soit six: Olivier Marchand, Gaston Miron, Jean-Claude Rinfret, Gilles Carle, Mathilde Ganzini et Louis Portugais.


8 réponses

  1. Monsieur Dubois, c’est avec une immense joie et une profonde gratitude que j’ai écouté votre entrevue avec Olivier Marchand, poète et cofondateur de l’Hexagone. À 95 ans, monsieur Marchand possède une joie de vivre qui m’impressionne. J’aurais aimé entendre davantage de ses poèmes et j’espère en avoir l’occasion lorsque j’écouterai la prochaine entrevue avec lui. Le choix des chansons proposé par monsieur Marchand fait preuve de son étonnant éclectisme. Olivier Marchand, un québécois digne de ce nom, un québécois qui fait honneur au sang qui coule dans nos veines.

  2. Je ne peux que me joindre à Mme Morgan dans ses commentaires. J’ai hâte moi aussi d’écouter les poèmes de la prochaine entrevue. J’ai toujours été admirative de l’écriture d’Olivier Marchand. Elle est toujours neuve, toujours lumineuse et raffinée.

  3. Quelle vivacité d’esprit quelle sérénité quelle joie de vivre on ne peut qu’admirer et écouter avec délice Merci Olivier

  4. Bonjour. J’ai rencontré Olivier vers 2018 je crois à Boucherville, un peu par hasard et avec grand plaisir. Il me parlait de ski de fond, de Miron, de Saint-Denys Garneau, de sa poésie, de l’Ordre du bon temps. Puis nous sommes l’hiver, il y a une fête, de la musique traditionnelle et voilà qu’Olivier se met à danser avec grand entrain à mon étonnement.
    Ce fut en grand interviewé par un excellent intervieweur. Ce fut une marche dans le temps, jusqu’à Joplin, en passant par Tchaikovsky, le père Legault, probablement un peu père de Joyeux Troubadours aussi. Un Sinatra qui donne du sens, probablement du vent frais dans l’atmosphère sartrienne sûrement respirée de force par Olivier et sa tribu… 🙂 Je suis allé dans un Juvénat à Ville-Marie, Témiscamingue; alors la chanson sur la marche me parle; nous étions plus simples en chantant: un mille à pied, ça use, ça use… pour se rendre à Lorrainville, trois par trois sur le bord du chemin et rendu au cinéma voir le film du Christ: La tunique, les filles à gauche, les gars à droit et moi je fais une génuflexion avant d’aller m’asseoir ; quel embrigadement joyeux! Nous étions les “retardés” loin de Montréal… 🙂 Aujourd’hui je lis: Le superpouvoir de la marche, d’un neuroscientiste, qui la célèbre pour aider la créativité et pour l’ensemble qu’elle favorise. Je ne serais pas surpris d’entendre Pink Floyd dans une prochaine émission, pour accompagner Mauriac… Merci . Bravo Olivier. Salutations. Porte-toi bien, prends soin de toi , cette phrase très québécoise employée par l’auteur de: Ce que je sais de toi… interviewé à l’émission La Grande Librairie, souvent dans son livre sans s’en apercevoir et sans se rendre compte que les québécois se la disent souvent entre eux, du moins de mon point de vue.

  5. Bravo, Olivier ! Bravo à Xavier, ainsi qu’à Armand !
    Une idée m’est passée, hier soir, en t’écoutant parler du chant grégorien et de l’Église qu’on a connue : c’était une époque extrêmement poétique. Beaucoup plus qu’aujourd’hui. Pas en termes de recueils ou de poètes comme tels, mais en termes d’esprit. Notre-Dame de Paris est un poème hallucinant. Nelligan et Rimbaud, pour ne nommer que ces deux-là, doivent au chant grégorien. Le Je vous salue, Marie n’a pas d’égal en poésie québécoise. Le rêve associé à la quête religieuse, l’élan de l’âme qu’est l’hommage à Dieu, tout ça est béatitude et extases poétiques !
    Go, Johnny, go !

  6. Merci pour ces deux belles heures passées avec Olivier Marchand, dont la seconde est partagée avec son fils Xavier. Passionnants échanges qui nous plongent au coeur de l’histoire culturelle du Québec et des souvenirs d’Olivier. (Une petite correction: le «maître» de Borduas était Ozias Leduc). C’est un bonheur d’écouter Olivier, de découvrir ses choix musicaux. Je suis d’accord avec lui pour souligner la qualité de l’animateur, Armand Dubois, «un excellent animateur», pour reprendre les mots d’Olivier. Bravo!

  7. Pour célébrer les 95 ans d’Olivier, j’ai présenté trois exposés en avril 2023, à la Société des poètes universels francophones (SPUF), au lancement de la revue Carquois et au Cercle des poètes de la Montérégie. Olivier était avec moi aux trois événements et a lu plusieurs de ses poèmes. Notre amitié continue et il fera partie du prochain livre collectif (18 auteurs) du Cercle des poètes de la Montérégie, dont le lancement aura lieu à l’automne 2023. Bravo à Armand Dubois et son équipe de nous avoir offert deux heures d’entrevue pour mieux connaître Olivier Marchand et son fils Xavier.

  8. Quel bonheur d’entendre cette magnifique entrevue d’un grand homme au vécu si riche. Il sait nous faire vibrer par ses souvenirs et ses choix musicaux variés mais intemporels.

    Ses poèmes sont tout aussi profonds et inspirants que sa parole. Mon seul regret est de n’avoir découvert cet homme que maintenant. Mais au moins, je l’aurai rencontré et il aura embelli mon éphémère existence …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Autres émissions

En souvenir de Ferland, extrait avec Michel Robidoux

Claudel Callender

Dominica Merola

Émilie Dubois

Normand Gélinas

Suzie Auclair